Réfugiés syriens: l’impact sur la minorité francophone au Canada a été ignoré

In the context of the push to meet the target and deadline, understandable oversight:

Le gouvernement fédéral n’a pas tenu compte de l’impact de la réinstallation des réfugiés syriens sur les communautés francophones en situation minoritaire, reproche le Commissariat aux langues officielles (CLO).

La commissaire par intérim, Ghislaine Saikaley, conclut que le ministère de l’Immigration, des réfugiés et de la citoyenneté (MIRC) a contrevenu à certaines de ses obligations en matière de bilinguisme en réinstallant au pays ces milliers de migrants qui ont fui la guerre civile.

Car tout au long du processus, le ministère «n’a jamais cherché à connaître» les besoins des communautés francophones en situation minoritaire, tranche la commissaire dans un rapport d’enquête préliminaire de 12 pages obtenu par La Presse canadienne.

Or, en vertu de la Loi sur les langues officielles, qui a un statut quasi-constitutionnel, le fédéral «a l’obligation de prendre des mesures positives de façon proactive» afin d’appuyer ces communautés et d’agir de façon à ne pas nuire à leur «développement» et leur «épanouissement», est-il écrit.

Des communautés francophones en situation minoritaire ont bien tenté d’ouvrir leurs portes à certains de ces réfugiés syriens parrainés par le gouvernement, et dont «approximativement 95 % ne parlaient ni français ni anglais à leur arrivée au Canada».

Mais ce fut en vain. «Sur les 39 propositions reçues à l’hiver 2016, huit ont été soumises par des organismes d’établissement francophones, mais aucune de celles-ci n’a été retenue», a noté la commissaire Saikaley.

Pour le porte-parole du Nouveau Parti démocratique (NPD) en matière de langues officielles, François Choquette, «c’est une occasion manquée, une occasion ratée». Car c’est par l’immigration que passe – à tout le moins en partie – la survie des communautés francophones minoritaires.

Même son de cloche du côté de la présidente de la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA), Sylviane Lanthier, qui rappelle que le gouvernement fédéral a souvent raté la cible de 4,4 % en matière d’immigration francophone hors Québec.

«Les communautés ont peu bénéficié de l’immigration, a-t-elle souligné en entrevue téléphonique. C’est important que le gouvernement fédéral maximise les effets positifs potentiels de l’accueil des réfugiés dans nos communautés.»

Car la vitalité de ces milieux «repose beaucoup, et de plus en plus, sur l’accueil et l’intégration des nouveaux arrivants, y compris des réfugiés qui se réinstallent au Canada», a fait valoir Mme Lanthier.

Les représentants du MIRC ont bien plaidé auprès du CLO qu’il y avait urgence d’agir en raison de la promesse du gouvernement libéral d’accueillir 25 000 réfugiés en l’espace de deux mois et demi, mais cet argument n’a pas convaincu le chien de garde du bilinguisme au pays.

«À cet égard, je tiens à souligner que les mécanismes pour tenir compte des besoins des (communautés linguistiques minoritaires) auraient déjà dû être en place au moment où l’initiative de réinstallation des réfugiés syriens a été annoncée», est-il écrit dans le rapport du CLO.

Source: Réfugiés syriens: l’impact sur la minorité francophone au Canada a été ignoré | Mélanie Marquis | National

Advertisements

About Andrew
Andrew blogs and tweets public policy issues, particularly the relationship between the political and bureaucratic levels, citizenship and multiculturalism. His latest book, Policy Arrogance or Innocent Bias, recounts his experience as a senior public servant in this area.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: