Des Africains se disent exclus de l’enquête sur le racisme systémique | Le Devoir

I am not sure that the experiences with systemic racism of sub-Saharan Africans is that different from Haitians, although given that Haitians have been in Quebec longer, there may be a difference.

But the article’s reporting of the criticism focusses purely on the representation issue, with no examples of any substantive difference in lived experiences:

Des Québécois originaires de l’Afrique subsaharienne déplorent l’absence de membres de leur communauté au sein du comité-conseil sur le racisme et la discrimination systémique, créé il y a un mois par le ministère de l’Immigration. « Un manque flagrant », qui doit être corrigé, déplore le Comité d’initiative provisoire des Afro-Québécois (CIPAQ), qui signe une lettre ouverte pour réclamer que leur voix soit entendue dans une « étape aussi cruciale du processus. »

« C’est surprenant que la catégorie la plus touchée en matière d’intégration à l’emploi ne soit pas représentée à ce comité », s’étonne Doudou Sow, consultant formateur en intégration professionnelle et gestion de la diversité et membre du CIPAQ. Il fait ainsi référence à une étude publiée en 2012 par la Commission des droits de la personne qui révélait que, sur le marché du travail, les noms à consonance africaine étaient les plus discriminés (42 %), comparativement aux noms arabes (35 %) et latino-américains (28 %).

Présidé par Maryse Alcindor, première sous-ministre noire, le comité-conseil, qui se penchera sur les modalités de la consultation sur le racisme et la discrimination systémique, compte 14 membres, qui sont pour la plupart des universitaires haïtiens d’origine ou issus de la communauté arabo-musulmane. Tout en saluant l’initiative, certaines personnes nommées à ce comité ont néanmoins souligné le fait qu’il y ait effectivement beaucoup d’universitaires et aucun représentant des 85 organismes ayant réclamé un tel exercice, à part les quatre porte-parole qui en avaient fait publiquement la demande au début de l’année.

Basé sur l’« expertise »

Mise au fait de ces critiques, la ministre de l’Immigration a rappelé que le rôle du comité n’est pas de « lutter » contre le racisme et la discrimination, mais plutôt de « conseiller » le gouvernement sur la consultation prévue pour cet automne. « Le comité est composé notamment de chercheurs qui ont été choisis en fonction de leur expertise et de leur expérience », a indiqué l’attachée de presse de la ministre, Gabrielle Tellier. Les organismes seront plus tard invités à participer à la consultation elle-même, y compris des membres de la communauté subsaharienne.

Pour Doudou Sow, le fait que le ministère ait justifié que ses nominations ont été faites sur la base de « l’expertise » est un comble. « C’est l’arroseur arrosé. Le ministère met en place une commission qui prétend combattre, et à juste titre, les causes de la discrimination, mais tombe dans le même panneau. »

M. Sow est d’autant plus étonné qu’il est reconnu pour son expertise sur les questions de l’intégration au marché du travail — il travaille depuis longtemps sur le sujet et a écrit des livres — et qu’il avait même été pressenti par la ministre Kathleen Weil et sa garde rapprochée. « Je n’ai jamais eu de retour. Mais même si le gouvernement venait me voir demain pour m’inclure, je dirais non. Je ne veux pas que ce soit perçu comme un combat pour ma personne. Je le fais pour mes enfants et toute la prochaine génération. »

Paul Eid, sociologue spécialiste de l’immigration qui fait partie de ce comité-conseil, se veut rassurant. « Je ne travaille pas pour un groupe ou un autre. L’idée c’est de documenter les causes, et ça touche tous les groupes racisés », soutient-il. « Je crois que c’est la même chose pour tous les membres du groupe ».

Pas des Haïtiens

Mame Moussa Sy, du centre communautaire Bon courage de Place Benoit, est lui aussi déçu de la composition du comité-conseil. « Ça ne tient pas la route. Ça ne reflète pas la diversité », dit-il. Après avoir partagé son coup de gueule sur les réseaux sociaux, il a lancé une pétition qui a récolté environ 500 signatures jusqu’ici.

Certes, des Haïtiens siègent au comité-conseil, mais leur voix n’est pas celle des Africains subsahariens, explique-t-il. « Le scientifique, le professeur, l’intervenant haïtien qui est là, il sera toujours porté à prendre des exemples de son quotidien, de ce qu’il a vécu. Mais c’est très différent de ce qui se passe au Sénégal, au Congo », explique-t-il.

Source: Des Africains se disent exclus de l’enquête sur le racisme systémique | Le Devoir

Advertisements

About Andrew
Andrew blogs and tweets public policy issues, particularly the relationship between the political and bureaucratic levels, citizenship and multiculturalism. His latest book, Policy Arrogance or Innocent Bias, recounts his experience as a senior public servant in this area.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: